Se relier

  • SE RELIER A LA GRANDE TOILE DE LA  VIE
     par Gauthier Chapelle  (en écho à la p. 85 de la  revue Présence)

Une imB- Forêts détails (56) - Copiemersion dans le monde souterrain où arbres et champignons discutent ensemble et s’entraident – ils sont les premiers inventeurs de la sécurité sociale !


Découvrez ICI l’article de Gauthier Chapelle
!

  • UNE NUIT EN FORÊT, par Christine Kristof-Lardetdsc_0464-copie-2Quand j’entre dans la forêt, j’entre dans un monde – et presque malgré moi, à la lisière entre le clair et l’obscur, je m’incline. Mes genoux cèdent et ma tête se courbe. Comme lorsque j’entre dans une église. Plus surement que dans une église. Je deviens silence… Je salue. Je ne peux aujourd’hui franchir l’orée du bois, sans que quelque chose en moi se transforme à l’instant….
    Lire la suite ici….

 

 

 

 

 

ainsi qu’une  présentation détaillée de Terra Incognita, le  dernier livre de Christine Marsan nous parlant de l’interconnexion entre les règnesB- Forêts détails (54) - Copie

 

Relation d’amitié entre les arbres et les champignons

« Cette approche collaborative permet alors à des espèces avec des styles de vie ou des rapports au temps très différents de non seulement cohabiter, mais surtout de se renforcer l’une l’autre dans leur mission de rester vivant et se reproduire. L’exemple que je préfère pour l’illustrer est celui des forêts tempérées, et plus particulièrement de deux groupes essentiels qui les composent et qui vivent en symbiose étroite : les arbres, et des champignons bien particuliers, les mycorhizes[1].

Les scientifiques ont en effet démontré depuis plus d’un siècle une relation intime entre ces organismes si dissemblables : le mycélium du champignon, ce réseau de filaments si fin déployé dans le sol, avec une surface d’absorption 10 à 100 fois plus importantes que les racines de l’arbre, va pouvoir récolter et fournir une importante quantité d’eau et de sels minéraux à l’arbre, dont le phosphore, si difficile à mobiliser. Tandis que l’arbre, le seul des deux partenaires à pouvoir effectuer la photosynthèse, va quant à lui livrer au champignon les excès de sucre qu’il produit.

B- Forêts détails (69) - CopiePlus remarquable, et plus récemment démontré, cette symbiose a abouti à l’invention des allocations familiales, puisque le même champignon, ou plus exactement, le même réseau mycélien, peut relier entre eux des jeunes et vieux arbres appartenant à la même espèce, et assurer un transfert de sucres vers ceux qui en ont le plus besoin. Ce sont donc les vieux arbres, dont le feuillage est bien exposé à la lumière dans les hauteurs de la canopée, qui vont fournir aux arbres plus jeunes, à travers le mycélium, une partie de l’énergie nécessaire pour pouvoir à terme atteindre la taille de leurs aînés.B- Forêts détails (65) - Copie

Après les allocations familiales, la sécurité sociale ! Car il a ensuite été prouvé qu’un même champignon pouvait effectuer ce transfert entre des arbres appartenant à des espèces différentes, dans un sens ou dans l’autre suivant l’état de santé de chacun. Pour le champignon, il est évidemment logique d’être « branché » sur des arbres différents, n’ayant pas tout à fait les mêmes exigences écologiques : cela s’appelle ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Pour les arbres cela paraît au départ plus mystérieux : pourquoi s’entraider entre espèces différentes ? La réponse est simple : un arbre dans une forêt n’a pas intérêt à la disparition des autres arbres. Pour survivre et prospérer, le mieux qu’il ait à faire est de participer à la santé de la forêt, ce tout dont il est partie.

Je précise que cette importance de la coopération entre arbres et champignons, longtemps ignorée, ne signifie pas qu’il n’y ait plus du tout de compétition, entre les jeunes arbres par exemple. Mais elle permet de considérer les forêts avec un tout autre regard, en tant que super-organisme constitué d’espèces en interactions multiples, des arbres aux champignons, sans oublier les herbivores et leurs déjections fertilisantes, leurs prédateurs, toute la micro-faune de décomposeurs du sol (cloportes, collemboles, acariens, vers de terre et bien d’autres encore plus discrets) et bien sûr les incontournables… bactéries. Un super-organisme né d’une intention commune : rester vivant et se perpétuer ! »

Texte extrait de l’ouvrage collective coordonné par Christine Marsan : S’approprier les clés de la mutation, Ed. Chronique Sociale, 2013

[1] Wakeford, 2001. Liaisons of life. Aussi expliqué dans Pelt, 2009. La raison du plus faible

—————————————

En complément de l’article « Terra Incognita – s’enraciner dans la paix » de Christine Marsan  > cf. p. 87, revue Présence 3

image%5b1%5dFoisonnant, insolite et fantastique, le dernier ouvrage de Christine Marsan, Terra Incognita, se lit comme un roman d’aventures, qui mêle science-fiction, action et initiation. Basé sur la déconstruction des codes habituels de lecture, cette partie de Jeu de l’Oie entre cinq enfants évite les oppositions et dualités classiques et convoque les mythologies mondiales de la paix. L’intention ? Inviter, au fil des pages, les lecteurs à ressentir leur appartenance au vivant, avec l’interconnexion entre les règnes, solliciter leur imaginaire universel et inciter à l’action par la coopération pour retrouver la puissance de la résilience.

Cette œuvre singulière explore les futurs possibles et impossibles pour l’humanité et la planète. C’est un appel vibrant à l’ouverture des consciences pour une action engagée dans la fraternité. C’est ainsi que se construira, pour les générations à venir, une paix durable sur une planète viable.

Questions à Christine Marsan

Après le succès de La Prophétie des Treize qui parlait de l’élévation des consciences et en un mot d’éveil de l’humanité…. pourquoi un roman sur la paix ?

Je rédige différents types d’ouvrages ayant tous pour but de participer à l’élévation des consciences. Consciente de l’importance de l’imaginaire qui façonne nos représentations et par la suite nos pensées et nos actions, je privilégie le roman, comme support permettant à la fois de faire rêver et d’insuffler des idées qui invitent à changer son regard sur le présent et le futur.

Pourquoi avoir choisi le Jeu de l’Oie, a priori pas très « spirituel » ?

Parce que c’est un jeu de plateau qui se joue à plusieurs et qui est habituellement utilisé par les enfants. Or, c’est en fait un jeu initiatique et chaque case, comme les images, la forme (spirale) ont une symbolique qui ouvre les champs entiers de clés de sagesse. Chaque symbole est une étape vers le Chemin vers Soi, vers la sagesse et la rencontre avec soi-même. Ce roman illustre la quête individuelle, vécue en spirale (avancées et reculs) pour aller plus loin vers la révélation du plus profond de Soi. Puis, le jeu se transforme en plateau où les 64 hexagrammes du Yi Jing sont représentés et c’est alors la spirale vers les lois de l’univers et les principes de vie qui se déroulent. Et l’on passe de la quête individuelle à la quête collective de sagesse pour sauver le monde.

Quel est le message du livre ?

Dans une course contre la montre, face aux enjeux climatiques pour la planète et aux perspectives sinistres pour l’humanité, participer au réveil des consciences et  démontrer que c’est la coopération entre tous, une fraternité agissante et mature qui mobilisera notre résilience et ouvrira des pistes de solutions insoupçonnées.

Terra Incognita, de Christine Marsan, Ed. Seepia Publishing , www.seepia.net

—————————————

En complément de l’article « Education buissonnière pour enfants de la ville » de Philippe Nicolas  > cf. p. 91, revue Présence 3

Vous avez aimé l’approche de Philippe Nicolas qui travaille et joue avec ses élèves à vivre une relation directe avec la nature? Découvrez dans cette petite vidéo la présentation de son projet les “Savanturiers de Papouasie!” menée avec sa classe. C’est vif, c’est frais, c’est intelligent!

Vidéo : « Saventuriers de Papouasie

A la rencontre des peuples heureux – UNIMAGE Productions
Un film humaniste, une aventure insolite, un autre regard sur le monde www.peuples-heureux.fr

Peuples heureux

La revue des chercheurs de sens / Culture – Croissance de la personne – Spiritualité Forum104 / www.forum104.org

%d blogueurs aiment cette page :