Rencontrer

Colette PoggiDécouvrez un article de Colette Poggi  intitulé : “La vibration originelle et l’expérience du cœur dans le shivaïsme du Cachemire «  ( cf  p. 59, de  Présence 3).

« Il arrive parfois que l’on découvre dans des écrits fort anciens et même lointains la formulation d’une intuition qui met d’emblée sur le chemin d’une recherche inlassable. Rencontre surprenante, bouleversante, qui dessine dès lors l’orientation d’une vie. L’une de ces intuitions, me semble-t-il, concerne une théorie formulée entre le VIIIe et XIIIe siècle au Cachemire, alors un haut-lieu de la culture des Tantra ; il s’agit de la Vibration cosmique… Lire la suite ici

feu-1-copie


eric-2011-200x200Découvrez un article d’Eric Lombard : « L’Ecologie dans les Dialogues avec l’Ange. » 

En 1943, des anges parlaient déjà d’écologie…A Budapest en 1943, les questions écologiques ne sont pas à l’ordre du jour des réunions de quatre amis très proches, dont trois vont être engloutis par le génocide juif. Et pourtant, l’extraordinaire enseignement spirituel qu’ils reçoivent alors de la bouche de l’une d’elles – retranscrit dans les Dialogues avec l’ange – s’adresse également à notre époque confrontée à des problèmes non moins cruciaux. Aujourd’hui, c’est l’existence même de l’humanité qui est menacée par la surexploitation d’une nature devenue corvéable à merci.

L’homme fait fausse route
Les avertissements sont peu nombreux dans les Dialogues avec l’ange, mais ils annoncent déjà la crise morale et écologique dans laquelle l’humanité s’enfonce aujourd’hui : démesure de la technologie, prédation, surconsommation, course à la richesse, misère, guerres…

« Tout un réseau de routes bétonnées
parcourt la terre en tous sens.
Elles sont vastes, larges et lisses,
et la folie les chevauche.
Il y a beaucoup de voies, beaucoup.
Ne sois pas étonnée,
si l’homme a oublié la petite, l’étroite, la seule ! »
(Dialogues avec l’ange, entretien 20 avec Lili, p. 118)

« La matière fait explosion,
nausée de la saturation et de l’excès, du « beaucoup ».
Que vienne le « plus » !
(Dialogues avec l’ange, entretien 63, p. 303)
Maintenant, c’est la volonté de l’homme
qui s’accomplit, et non la Sienne.
L’homme est le plus féroce des carnassiers.
Sa main est pire que la griffe d’un prédateur.
Il sera pris à celui qui prend,
parce qu’il n’est pas digne d’avoir des mains :
la main n’est pas destinée à prendre. »
(Dialogues avec l’ange, entretien 35 avec Lili, p. 215)

Lire la suite en cliquant ici

Gitta Mallasz : « Je souffre avec la Terre »
C’est à Gitta Mallasz que nous devons de connaître les Dialogues avec l’ange. Ayant réussi à quitter la Hongrie communiste en 1960 pour s’installer en France, elle n’a eu de cesse de  traduire ou faire traduire ses notes, en français puis dans de nombreuses autres langues, et plus tard de les commenter lors de conférences. Voici ce qu’elle disait peu de temps avant sa mort sur la responsabilité de la l’homme envers la Terre :

 Extrait de l’interview de Gitta Mallasz par Michel Cazenave dans son film Le Scribe des anges

La revue des chercheurs de sens / Culture – Croissance de la personne – Spiritualité Forum104 / www.forum104.org

%d blogueurs aiment cette page :